toutsurlinspection-du-travail

toutsurlinspection-du-travail

12 juin: Journée mondiale contre le travail des enfants

Le Burkina Faso, à l'instar d'autres pays du monde, célèbre chaque 12 juin, la journée mondiale contre le travail des enfants.

Cette journée instituée par l'Organisation Internationle du Travail ( l'OIT) depuis 2002, vise à attirer l'attention de la communauté internationale sur l'ampleur de ce phenomène dans le monde, ainsi que les actions et les efforts necessaires pour l'endiguer.

L'institution de la journée mondiale contre le travail des enfants offre l'occasion aux gouvernements, aux employeurs, aux acteurs de la société civile, ainsi qu'à des millions de personnes à travers le monde, de se pencher sur la situation des enfants travailleurs et réflechir aux actions qui peuvent aider ces enfants.

Cette année, le thème retenu est :" Dans les conflits et les catastrophes, protégeons les enfants du travail des enfants". Ce thème est très pertinent quant on sait qu'à l'échelle mondiale, plus de 1,5 milliard de personnes vivent  dans des zones touchées par les conflits et la violence.

Environ 200 millions de personnes sont aussi touchées chaque année par des catastrophes naturelles et un tiers d'entre elles sont des enfants.

On estime à environ 168 millions le nombre d'enfants travailleurs dans le monde. Et la grande majorité de ces enfants vivent dans des zones de conflits ou de catastrophes naturelles. Se pencher donc sur l'impact de ces conflits et catastrophes sur le travail des enfants, permettra de mieux lutter contre cette pratique.

 

 Au Burkina Faso, il existe depuis le 15 fevrier 2012, un Plan d'Action Nationale de lutte contre les Pires Formes de Travail des Enfants ( PAN/PFTE), qui est venu enrichir le paysage de la lutte contre le travail des enfants. L'objectif général du PAN/PFTE est de reduire l'incidence du travail des enfants, à travers l'adoption de mesures et la mise en oeuvre d'actions politiques, sociales, économiques et institutionnelles pour l'éradication de toutes les pires formes de travail des enfants.

 

Bon à savoir

 

1) Le terme enfant, désigne toute personne agée de moins de 18 ans.

 

2) L'adolescent est toute personne agée de 18 à 20 ans inclus.

 

3) Le travail des enfants est toute activité remunérée ou non, effectuée par une personne de moins de 18 ans, qui est dangereuse ou inappropriée pour son äge.

Ce sont des travaux susceptiples de:

  • Nuire à la santé et au developpement physique, mental, moral ou social des enfants;
  • Compromettre leur éducation: -en les privant de toute scolarisation; - en les contraignant à abandonner prématurement l'école; - en les obligeant à accumuler des activités scolaires et professionnelles.

4) Les pires formes de travail des enfants sont définies par l'article 3 de la convention n° 182 de l' OIT. Elles comprennent:

  • Toutes les formes d'esclavage ou pratiques analogues telles que la vente et la traite des enfants, la servitude pour dettes et le servage ainsi que le travail forcé ou obligatoire y compris le recrutement forcé ou obligatoire des enfants en vue de leur utilisation dans des conflits armés;
  • L'utilisation, le recrutement ou l'offre d'un enfant aux fins d'activités illicites, notamment pour la production et le trafic de stupéfiants, tels que les définissent les conventions internationales pertinentes.
  • Les travaux qui par leur nature ou les conditions dans lesquelles ils s'exercent, sont susceptibles de nuire à la santé, à la sécurité ou à la moralité de l'enfant.

 

 

 

Les activités commémoratives prévues dans le cadre de cette journée au Burkina Faso par le Ministère de la Fonction Publique du Travail et de la Protection Sociale sont:

1. L'organisation d'un concours de dessins sur le thème de la journée ;

2. L'organisation d'émissions et jeux radiophoniques sur le thème de la journée ;

3. L'organisation d'une conférence sur le thème de la journée;

4. La publication du message du Ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale dans les journaux à l’occasion de cette Journée.

 

Nul n'a le droit d'hypothéquer l'avenir dun enfant en lui imposant de longues heures de travail, qui l'empêchent d'aller à l'école et être occupé à des activités qui le préparent à exercer un travail décent lorsqu'il sera adulte. Quelque soit le temps que cela doit prendre, la lutte doit toujours être menée contre cette pratique, car, il est inacceptable et intolérable de compromettre l'avenir d'un enfant par des conditions de travail dangereuses et malsaines.

 

Synti

 



13/06/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres