toutsurlinspection-du-travail

toutsurlinspection-du-travail

L’Académie sur la transition vers l’économie formelle : Prendre action

L'Accademie sur la transition vers l'économie formelle : Prendre action 

 

Un an après mon premier séjour sur le campus du Centre International de Formation de l’OIT, (CIF-OIT) à Turin en Italie, pour participer au cours intitulé « Techniques de négociation pour le monde du travail », j’y reviens cette fois, pour participer à l’Académie sur la transition vers l’économie formelle-Prendre action, organisée par le programme « Informal Economy » du CIF-OIT.

 

Bientôt 09 heures 30, et le clap de départ de l’Académie sera donné en ce 12 du mois de novembre 2018. Le campus n’a pas du tout changé, mais le climat si. Pas vraiment le temps de contempler le magnifique cadre du campus, en ce temps de grand froid. Quoi qu’il en soit, excitée je l’étais, à l’idée d’assister à l’ouverture de ce grand forum mondial qui allait s’étaler sur deux semaines.

L’Académie sur la transition vers l’économie formelle a regroupé plus d’une centaine de participants, aux profils divers, venant des quatre coins du monde ; Afrique, Asie, Europe, Amérique, tous intervenants à des degrés divers dans la lutte contre le travail informel.

Les deux semaines de travaux de l’Académie se sont déroulées entre sessions en plénière et cours optionnels. Les sessions en plénière ont permis entre autres aux panélistes de définir le cadre conceptuel de l’économie informelle, de partager les données et tendances sur l’informalité dans le monde, de présenter la Recommandation 204, d’aborder la question du travail décent, de l’organisation des travailleurs et des entreprises dans l’économie informelle ainsi que du rôle des coopératives dans la lutte contre le travail informel.

Durant les deux semaines, neuf cours optionnels ont été proposés aux participants. Ce sont :

  • Diagnostic de l’informalité : méthodologies pour évaluer les acteurs et l’ampleur de l’économie informelle.
  • Formaliser les entreprises informelles : mesures et outils.
  • Extension de la protection sociale aux travailleurs de l’économie informelle.
  • Formalisation de la relation de travail.
  • Formaliser le travail domestique.
  • Sortir de l’informalité rurale.
  • Renforcement du rôle des inspecteurs du travail dans l’économie informelle.
  • Politiques de formalisation : comparer les innovations en matière de formulation et mise en œuvre de politiques (études de cas de différentes régions).
  • Développement des compétences dans et pour l’économie informelle

L’Académie sur la transition vers l’économie informelle- Prendre action, s’est déroulée dans un véritable esprit de respect mutuel, de convivialité, de partages d’expériences. Entre jeux de rôles, travaux de groupe, exercices pratiques, les participants ont été mis dans d’excellentes conditions pour aborder tous les contours de la question de l’informalité.

C’est dans une ambiance festive que les activités de la deuxième Académie sur la transition vers l’économie formelle ont pris fin le vendredi 23 novembre 2018. Mais avant les organisateurs ont offert un merveilleux diner la veille à tous les participants, diner qui s’est déroulé entre pas de danses et remises de cadeaux.

 

Pourquoi une Académie sur la transition vers l’économie formelle et sa pertinence pour l’Inspecteur du travail ?

 

82% des burkinabè actifs sont occupés dans un emploi, et 95,5% de ces travailleurs exercent leur activité dans le secteur informel. Ce constat est plus prononcé en milieu rural où la quasi-totalité (99,2%) des actifs occupés est dans l’économie informelle, notamment dans le domaine agricole, contre 80,7% en milieu urbain, majoritairement dans le secteur tertiaire

 

La question de l’économie informelle est au fil du temps devenue une préoccupation mondiale. En effet on compte deux milliards de travailleurs employés dans un emploi informel dans le monde. Plus de 60% de l’emploi mondial est informel.

 Ce secteur qui emploie des milliers de personnes, se caractérise par l’absence de protection sociale et la grande pauvreté des travailleurs, qui sont employés dans de mauvaises, voire pires conditions de travail. De nombreuses entreprises, qu’elles soient petites, moyennes ou grandes, opèrent dans l’économie informelle pour des raisons de nécessité et/ou d’opportunité. L’emploi informel peut être trouvé aussi bien dans le secteur informel, que dans le secteur formel.

 

Au regard de ce constat, la tenue d’une Académie sur la transition vers l’économie formelle s’impose comme une nécessité. L’Académie est une plateforme d’apprentissage offerte aux participants pour examiner les pratiques prometteuses en matière de transition de l’économie informelle à l’économie formelle, ainsi que pour engager un dialogue constructif et un débat sur l’avenir de l’informalité. Durant cette session, les participants ont eu l’opportunité de s’enquérir des idées les plus avancées sur les concepts et les méthodologies pour réduire l’informalité, d’échanger sur les pratiques existantes, et d’adapter les leçons apprises au contexte spécifique de leurs pays. Ainsi, les participants ont été sensibilisés au fait que le processus vers la formalisation doit se faire progressivement et non à travers un harcèlement des acteurs, qu’il faille mettre en place des stratégies intégrées en privilégiant le dialogue social, l’accent doit être prioritairement mis sur la sensibilisation, que des mesures incitatives doivent être offertes aux entreprises en vue de les amener à se formaliser, en sachant combiner le bâton et la carotte.

Les Inspecteurs du Travail du fait de leur rôle prépondérant dans tout processus de formalisation et de promotion du travail décent, se doivent de garantir l’application de la loi dans les secteurs économiques dans lesquels la loi peine à s’appliquer, afin d’œuvrer pour une véritable protection des travailleurs employés dans ces secteurs.

 

Les défis en matière de conformité sont énormes dans l’économie informelle. L’Inspecteur du travail en tant qu’agent chargé du contrôle de l’application effective de la législation sociale sur les lieux de travail, doit être outillé afin d’assurer une protection efficace aux travailleurs du secteur informel. D’où la pertinence de cette formation qui offre des stratégies efficaces afin d’améliorer l’intervention de ces acteurs du monde du travail dans ce secteur.

 

Je recommande vivement cette formation à tous les Inspecteurs du travail. N’hésitez surtout pas à postuler. Offrez-vous l’opportunité de vivre cette merveilleuse aventure humaine et professionnelle.

Je ne saurai terminer cet article sans exprimer ma gratitude au Centre International de Formation de Turin et au bureau pays de l’OIT Abidjan à travers le projet APERP, qui se sont entendus pour financer ma participation à cette Académie. Merci pour tout…

 

Mention très spéciale à la dynamique et brillante équipe d’organisation de cette Académie dirigée avec excellence par Mme Coumba N’Dèye Diop, une dame absolument percutante qui n’a laissé personne indifférent de par sa gentillesse, et sa maitrise parfaite du sujet durant cette session. Chapeau à vous ! L’Académie a été un véritable succès.

 

A très bientôt pour de nouvelles aventures…

 

Syntiche GUEBRE OUEDRAOGO

 


02/04/2019
0 Poster un commentaire

Interview d'un Inspecteur du travail de la Côte d'Ivoire : Aka Didier Kouadio, nous parle de sa participation à l'Académie sur la transition vers l'économie formelle organisée à Turin par le CIF-OIT

Du 12 au 23 novembre 2018 s'est tenue au CIF-OIT à Turin, l'Académie sur la transition vers l'économie formelle : Prendre action. Les inspecteurs du travail étaient très bien représentés à ce grand forum mondial. L'occasion faisant le larron nous en avons profité pour parler de l'avenir du corps dans nos différents pays, ainsi que des défis que nous devons relever au quotidien. Kouadio Aka Didier, Administrateur du travail de la Côte d'Ivoire, un monsieur dynamique et très compétent avec qui j'ai énormément échangé durant cette Académie, a consenti à m'accorder une interview pour parler de l'activité, ainsi que des défis auxquels est confronté l'Administration du travail dans son pays. 

 

Pouvez-vous vous présenter svp?

 

Je m'appelle Kouadio Aka Didier, Administrateur du travail et des lois sociales, je viens de la Côte d'Ivoire. J'exerce au Ministère de l'emploi et de la Protection Sociale plus précisément à la Direction Générale du Travail, en qualité de Chargé d'Etudes.

 

Quelle appréciation générale faites-vous de la tenue d'une Académie sur la transition vers l'économie formelle ?

 

D'une manière générale, il faut dire que cette formation est venue à point nommé, dans la mesure où la question de l'économie informelle est devenue une préoccupation mondiale. C'est à juste titre que j'apprécie hautement la tenue de ce grand forum mondial qu'est l'Académie sur la transition vers l'économie formelle : Prendre action.

 

Dans votre intervention dans le secteur informel, à quels défis majeurs  êtes-vous confrontés en tant qu'Inspecteur du travail ?

 

Je ne sais pas si je peux épuiser mes défis dans le cadre de l'intervention dans l'économie informelle. Mais, il faut dire que l'économie informelle occupe une place importante dans mon pays avec un taux de présence de 92,8% dans l'économie nationale. L'un de mes plus grands défis, c'est de parvenir à une réduction drastique de ce taux. 

En outre, au cours des différentes présentations, j'ai noté et apprécié la synchronisation des actions administratives dans ce domaine. Alors l'un des défis majeurs est de parvenir à mettre en place un cadre commun de concertation des différentes administrations, bien sûr, sous la conduite du Ministère en charge du travail, pour mener le combat de la transition vers l'économie formelle. 

 

Quels sont les grands défis de l'Administration du travail en Côte d'Ivoire ?

 

L'Administration du travail en Côte d'Ivoire fait face à de nombreux défis en ce moment. On peut citer entre autres:

  • Le défi de la mise en place d'un nouveau système diagnostique des statistiques des services en charge du travail.
  • Le défi de l'adoption du document PPTD 2017-2020 qui participe du travail décent sous toutes ses formes.
  • Le défi de l'organisation des élections professionnels pour déterminer la représentativité des centrales syndicales afin de permettre un dialogue social inclusif.
  • Le défi de la mise en place d'une politique nationale du travail (PNT).

Votre dernier mot ?

 

Mes remerciements appuyés à toutes celles et tous ceux qui ont contribué à la tenue et à la réussite de cette importante session qui nous à permis d'être édifiés notamment sur les différentes expériences exposées.

Je te remercie

 

 

 


20/12/2018
0 Poster un commentaire

Interview d'un Inspecteur du travail du Sénégal : Ablaye NDoye nous parle de l'intérêt de l'Académie sur la transition vers l'économie formelle pour les Ministères du travail

Je participe depuis le 12 novembre 2018 à l'Académie sur la transition vers l'économie formelle organisée par le Centre International de Formation de Turin (CIF-OIT) en Italie. L'Académie offre une belle opportunité de partages d'expériences entre une centaine de praticiens du domaine de la lutte contre l'informalité. En marge des activités de cette Académie, Monsieur Ablaye NDoye, Inspecteur du travail du Sénégal avec qui j'ai beaucoup échangé sur les réalités des Administrations du travail de la sous région, a consenti à m'accorder une interview pour parler de sa participation à l'Académie , ainsi que des défis auxquelles sont confrontés l'Administration du travail dans le processus de formalisation.

Le corps des inspecteurs du travail du sénégal dispose d'un statut particulier. 

 

 

 

 

 

 

Ablaye NDoye :

Ablaye NDoye :" Le métier d'Inspecteur du travail est très noble, car nous sommes les garants de la paix sociale. Nous devons travailler à faire connaître la mission économique de l'inspection du travail "

 

Pouvez-vous vous présenter svp ?

 

Je suis sénégalais. Je m'appelle Ablaye NDoye, je suis en service au Ministère du Travail, du dialogue social et des organisations professionnelles et des relations avec les Institutions, particulièrement à la Direction de la Protection sociale.

 

 

Vous participez à l'Académie sur la transition vers l'économie formelle organisée par le CIF-OIT, quelle appréciation générale pouvez-vous faire de l'Académie ? 

 

Je trouve très intéressante l'Académie sur la transition vers l'économie formelle. Les thèmes qui y sont déroulés regorgent d'un intérêt capital et nous permettent de mieux comprendre les différentes composantes du secteur informel. J'apprécie beaucoup la méthodologie adoptée, les cas pratiques, les partages d'expériences, etc.

Je remercie l'équipe organisatrice. Elle a réussit un grand pari. 

L'Académie sur la transition vers l'économie formelle présente beaucoup d'intérêt pour le Ministère du travail sénégalais, dans ce sens qu'elle recoupe les objectifs de l'un des projets en cours au sein du dit Ministère. En effet, le RSPC, Régime Simplifié pour les Petits Contribuables, projet du Ministère du travail, vise la formalisation de l'économie informelle. C'est un régime simplifié plus adapté pour les les acteurs évoluant dans le secteur informel qui se fixe pour objectif l'accompagnement de la transition vers l'économie formelle.

 

 

 

 

 

Pouvez-vous nous parler de vos défis en tant qu'inspecteur du travail dans votre intervention dans le secteur informel ?

 

Aujourd'hui, l'inspection du travail dont la mission principale est le contrôle de conformité de la législation sociale, a un grand défi à relever dans son intervention dans le secteur informel. A l'occasion des missions de contrôles, les Inspecteurs du travail ont l'habitude de dérouler des fiches comprenant plusieurs rubriques relatives à la gestion administrative du personnel, à la SST, à l'ergonomie, etc. Mais il a été constaté que ce modèle de fiches n'était  pas adapté à la structuration des acteurs du secteur informel. A cet effet, un outil méthodologique d'intervention de l'Inspection du travail dans le secteur informel a été élaboré. Grâce a cet outil, un modèle de fiche jugé plus adapté a été adoptée. Mais jusque là, l'intervention de l'Inspection du travail dans le secteur informel n'est faite que de manière timide. Cela est dû en partie, au déficit de personnel. Il urge aujourd'hui de renforcer les moyens humains de l'inspection du travail.

 

Quelles sont les défis de l'Administration du travail d'une manière générale au Sénégal

 

 Les défis de l'Administration du travail sont nombreux. Mais concernant le secteur informel, la mise en oeuvre du RSPC est notre priorité. Cette mise en oeuvre va impliquer le renforcement des moyens humains et matériels des Inspections. Outiller l'inspecteur du travail de manière à ce qu'il accomplisse pleinement son rôle dans le secteur informel, en particulier, est un défi majeur pour le Ministère. 

 

Votre dernier mot

 

 

Je te remercie pour l'opportunité que tu m'as offerte de parler de mon sentiment par rapport à cette Académie. Je remercie encore une fois le BIT et toute l'équipe de Coumba Diop pour l'organisation de cette session. J'appelle à plus de synergie d'actions de tous les départements ministériels et organismes intervenant dans le secteur informel. Un cadre de concertation réunissant tous les acteurs s'impose. Je te remercie.

 

 

 


20/12/2018
4 Poster un commentaire

10 idées pour améliorer le bien-être de vos travailleurs en entreprise

10 idées pour améliorer le bien- être de vos travailleurs en entreprise

 

Les salariés passent le plus clair de leur temps sur le lieu de travail. Ce temps passé au travail occupe une part très importante de leur vie. Entre stress et pressions multiples liés au travail, tout devrait en principe être mis en œuvre pour assurer le bien-être du salarié. Rendre le salarié heureux au travail afin de booster le rendement de l’entreprise c’est possible. Un employé qui travaille dans des conditions agréables, qui est heureux au travail, est plus créatif, apporte des idées nouvelles, exécute mieux les ordres, contribue à la fluidité des process. Le bien-être au travail constitue donc un élément fondamental qui permettra à votre entreprise d’être alerte sur le terrain et plus enclin à faire face à la concurrence.

 

Voyons ensemble dans ce billet, quelques idées simples à mettre en œuvre pour améliorer le bien-être de vos employés au travail, et faire de votre entreprise l’endroit où il fait bon travailler.   

 

  1. Respectez vos obligations légales et contractuelles

L’une des manières simples de contribuer au bien-être de vos employés est de travailler dans la légalité. Cela peut paraitre banal, mais vous apporterez un plus au bien-être de vos salariés si vous respecter les textes législatives et règlementaires sur le droit du travail, les conventions collectives ou sectorielles, les accords de branches ou d’établissement. Assurez-vous de vous conformer aux textes en payant par exemple les heures supplémentaires effectuées par vos employés, en leur accordant des congés payés, en leur versant le salaire requis. Non seulement vos salariés vous en seront reconnaissants, mais vous aurez accompli vos devoirs en tant qu’employeur vis-à-vis de la loi.

  1. Favorisez un climat de travail sain et développez l’esprit d’équipe

Il n’y’a rien de plus stressant et démotivant que le fait de travailler dans un environnement toxique. Imaginez juste un tout petit peu combien peut paraitre longue une journée de travail avec des collègues acariâtres, avec qui nous ne partageons pratiquement pas grand-chose. Ce serait tellement lourd et pesant. Il serait vain de nous demander d’être performant dans de telles conditions de travail.

Le rôle du patron est de faire en sorte qu’il règne une bonne ambiance sur le lieu de travail.  Un climat de travail sain, une bonne ambiance entre collègues et avec les managers, la sensation de former une équipe rendront vos employés plus heureux au travail et productifs. Soyez bienveillant pour ne pas instaurer un climat de peur ou de défiance entre les salariés et leurs supérieurs hiérarchiques. Organisez des évènements qui vont contribuer à créer du lien : de petits verres entre collègues, des journées de team building par exemple.

  1. Valorisez le travail de vos employés

Charles Erwin Wilson disait « Un bon patron fait comprendre à ses hommes qu’ils possèdent plus de capacités qu’ils ne le pensent, de sorte qu’ils travaillent constamment mieux qu’ils ne le pensaient pouvoir faire ». Soyez ce patron qui reconnait les valeurs et le travail de ses employés. En valorisant le travail de vos salariés, vous les rendrez heureux. Reconnaissez leurs réussites individuelles, discutez avec eux, montrez-leur que vous vous intéressez à leur travail et vous améliorerez leur performance.

  1. Axez votre management sur la confiance

Un management basé sur la confiance améliore le bien-être de vos travailleurs. L’absence de confiance entre employeur et travailleur crée forcément des tensions, des crispations, du stress. Prenez le temps de construire des relations de confiance avec vos employés. Inspirez-leur confiance et ils seront plus motivés et heureux de travailler pour vous.

  1. Construisez un plan de formation pour vos travailleurs

La sensation de faire toujours la même chose au travail, crée à la longue épuisement professionnel, perte de motivation, ennui, qui pourraient être évités en investissant dans la formation de vos travailleurs. Vous avez beau mettre l’accent sur la beauté et l’ergonomie du cadre du travail, lorsque l’ennui et la démotivation s’installent, cela se ressentira très vite sur la productivité de votre entreprise. D’où l’intérêt d’investir en l’homme. La formation continue permet de renouveler ses connaissances, de développer de nouvelles aptitudes, d’élargir son champ de compétences.  Actionnez ce levier de compétitivité et votre entreprise retiendra toujours ses talents.

 

      6.  Mettez à la disposition de vos salariés de la nourriture saine

 

De l’eau potable en quantité suffisante, du thé, du café, des boissons fraiches, des fruits frais, des amuse-gueules, sont autant de choses que vous pouvez mettre à la disposition de vos travailleurs. Vous éviterez que ces derniers ne désertent le bureau pour aller couper leur faim.

 

7. Une salle de sieste, pourquoi pas ?

 

Ils sont nombreux les salariés qui aimeraient s’accorder de petits temps de sieste au bureau. Il y’a une vie après le travail, des activités domestiques qui peuvent parfois réduire considérablement le temps de sommeil. Il est évident que lorsque nous ne dormons pas assez, nous sommes rarement très productifs. Une salle de sieste dans vos locaux peut combler en partie ce manque de sommeil. Pas question pour les employés d’y passer toute une journée, mais pouvoir s’y reposer un quart d’heure, leur sera hautement bénéfique.

 

8. Offrez un beau cadre de travail à vos employés

 

Vous voulez portez un coup au moral de votre personnel, faites-les travailler dans des bureaux ternes, tristes et sans vie. Si vous voulez voir vos employés heureux, commencer par avoir de beaux bureaux, fonctionnels et bien agencés. Donner vie à vos bureaux en les rendant plus gaies, en leur faisant refléter l’ADN et la culture de votre entreprise. Remplacez les bureaux blancs ennuyants. Faites place à des bureaux colorés, à la touche de verdure, à des logos personnalisés, à des citations motivantes. Travailler dans de telles conditions améliorera certainement la créativité de vos employés.

 

9. Encouragez la pratique de sport

 

Un esprit sain dans un corps en pleine forme et en bonne santé, c’est aussi cela le bien-être. Encouragez vos travailleurs à faire du sport si vous voulez que votre entreprise soit dynamique. Selon les résultats de l’étude de l’institut Goodwill Management sur l’impact économique de l’activité physique et sportive, le sport au travail serait un véritable levier de compétitivité. Veillez à ce que vos employés fassent du sport c’est en quelque sorte veiller sur leur santé et faire baisser le nombre d’accidents de travail, car l’activité sportive permet de libérer l’esprit et aide à combattre le stress. Nul besoin d’avoir une salle de sport, instaurez une séance hebdomadaire de sport pour tout le personnel. En plus de renforcer les liens vous aurez des employés toniques.

 

10. Créez un potager au bureau

 

Très facile à réaliser, la création d’un potager au bureau soudera d’avantage votre équipe. En plus de pouvoir travailler ensemble tout en se détendant, ils profiteront des récoltes. Plantez des produits qui poussent sans trop de contraintes tels que la menthe, les herbes aromatiques, la laitue.

 

Je termine cet article par une citation de Franklin D. Roosevelt : « Si vous traitez bien les gens, ils vous traiteront bien… quatre-vingt-dix pour cent du temps. »  

 

Traitez bien vos salariés, ils vous le rendront bien.

 

             

     Syntiche GUEBRE OUEDRAOGO

 


18/10/2018
0 Poster un commentaire

Rentrée scolaire : Est-ce possible d’arriver en retard au travail parce que je dois accompagner mon enfant à l’école ? Que dit la loi ?

C’est bientôt la rentrée scolaire. Les enfants reprendront le chemin de l’école. Après quelques mois de repos, voici venue l’heure de se remettre au travail. Enfant, j’avais hâte de repartir à l’école. Pour une raison toute simple. Qui ne se rappelle pas de l’odeur des nouvelles fournitures, des causeries entre camarades de classe pour se raconter comment s’étaient passées les vacances, des nouveaux habits et chaussures, du nouveau sac au dos, l’impatience mêlée à la crainte de connaitre le nouveau maitre ou la nouvelle maitresse…Véritable moment d’effervescence.  

Mais pendant que nous enfants, jubilions à l’idée de retourner en classe, cette période constituait un vrai casse-tête pour les parents. Entre contraintes financières, payer la scolarité, les fournitures et tenues scolaires d’une part, et la réorganisation de son temps afin de l’adapter à l’emploi du temps des enfants d’autre part, il y’avait de quoi se tirer les cheveux.

 

S’organiser pour concilier école et travail lorsque nous n’avons personne pour nous aider à déposer les enfants à l’école, surtout le jour de la rentrée peut créer beaucoup de stress chez un parent. Les parents apprécient d’accompagner leurs enfants le premier jour d’école. Pour un jour si important, peut-on se permettre d’arriver plus tard au travail parce que l’on doit accompagner son enfant à l’école ? Que dit la loi ?

 

Travailleur, puis-je arriver en retard au travail ou m’absenter le jour de la rentrée scolaire ?

 

Il est normal qu’en tant que parent, vous souhaitiez accompagner votre enfant à l’école le premier jour des classes, un jour si spécial pour lui. Cela est d’autant plus légitime lorsque vous avez un enfant qui entre pour la première fois à la maternelle ou au primaire. De toute évidence ce jour, vous arriverez en retard au travail.

Certains évènements de la vie privée tels que les mariages, les naissances, les décès, les baptêmes, etc., sont considérés par la loi comme des évènements familiaux durant lesquels le travailleur a droit à des autorisations d’absence d’un à trois jours non déductibles de son salaire. Ces absences exceptionnelles constituent des temps de travail effectif et sont payées comme tels.

 

Qu’en est-il de la rentrée scolaire ? Est-ce un moment spécial au regard du Code du travail ?

 

Non, car le Code du travail ne règlemente pas la question de l’absence du travailleur pour cause de rentrée scolaire.

En principe, les retards et absences doivent être autorisés par l’employeur et justifiés. L’autorisation de l’employeur est un préalable nécessaire à tout retard ou à toute absence. Vous pouvez donc solliciter l’autorisation de votre employeur pour arriver exceptionnellement en retard ou vous absenter que ce soit le jour de la rentrée scolaire ou pendant l’année scolaire. L’employeur peut alors sur votre demande, vous accorder une autorisation d’absence de quelques heures ou d’une journée afin de vous permettre d’accompagner votre enfant à l’école. Sachez toutefois, que cette absence peut être décomptée de votre salaire.

 

Gardez donc à l’esprit qu’aucune autorisation légale ne vous étant pas octroyée pour cet évènement qu’est la rentrée des classes, le défaut d’autorisation de l’employeur, entraine une sanction disciplinaire, en plus du fait que vous pouvez voir votre salaire réduit proportionnellement à la durée de votre absence.

 

Mon conseil d’Inspecteur du travail

  • Avisez votre employeur au moins 72 heures à l’avance de votre possible absence ou retard le jour de la rentrée.
  • Assurez-vous de son consentement avant de vous absenter.
  • Avant de vous adresser à votre employeur, consultez la convention collective dont vous dépendez ou l’accord d’établissement de l’entreprise, afin de savoir s’ils ne contiennent pas de dispositions pour cet évènement précis.
  • Vu que l’employeur peut déduire de votre salaire les heures non travaillées, proposez-lui de rattraper ultérieurement vos heures de travail non effectuées.

 

     Bonne rentrée scolaire !!!

 

A très vite pour de nouvelles informations sur le droit du travail.

 

 

Syntiche GUEBRE OUEDRAOGO

 


28/09/2018
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Enseignement & Emploi pourraient vous intéresser