toutsurlinspection-du-travail

toutsurlinspection-du-travail

La valeur morale de la personne humaine : responsabilité des communautés dans la lutte contre l'exclusion sociale des femmes ( Mys'Tic Blog Awards)

 Un monde du travail plus juste et équitable pour la femme: c'est possible 

 

Ce week-end il ne fait pas très beau. Un peu de grisaille, beaucoup trop de vent du fait de L'Harmattan. Assise dans un coin du séjour, je scrute le ciel, un peu boudeuse, tout en me laissant entraîner par les vagues de mes réflexions. Un peu de réflexion sur la situation de la femme au travail, pourquoi pas après tout. Déformation professionnelle peut-être... J'imagine des conditions de travail différentes pour la femme. J'ai le fol espoir de voir un jour toutes les femmes épanouies dans leur travail, libres d'embrasser la carrière de leur choix, sans contraintes ni jugements. C'est tellement pénible de savoir qu'on a raté une opportunité d'emploi juste parce qu'on est femme. Cette situation beaucoup de femmes l'ont vécu et d'autres encore continue de la vivre.

 

C'est la responsabilité de la société toute entière et des pouvoirs publics particulièrement de veiller à ce que l'autre moitié du ciel ne soit plus laissé de côté dans le monde du travail. Un changement de mentalité et une meilleure réorientation des politiques en faveur de la femme sont certes nécessaires. Mais pour ma part, je crois que c'est possible de voir évoluer positivement les choses en mettant en œuvre un certain nombre de bonnes pratiques.

 

Toutes les femmes ont le droit d'être jugées sur leur valeur et la qualité de leur travail et non par rapport à leur statut de femmes.

 

L'opportunité doit être donnée aux femmes de pouvoir se munir de vis et de tournevis, de pelles et de brouettes, de pouvoir se parer de casques et de chaussures de sécurité, d'enfiler vestes et blouses, pour affronter le monde féroce du travail, pendant que leurs maris s'occupent des enfants à la maison.

 

La société doit accepter de se débarrasser de toute misogynie, pour rendre la femme capable de s'affirmer comme chef d'équipe, chef d'entreprise, en un mot comme le boss.

Toutes les formes de discrimination à l'égard de la femme, que ce soit à l'embauche ou pendant l'exécution de son contrat de travail doivent être combattues. Il existe toute une panoplie de textes législatifs et réglementaires, de traités ratifiés par le Burkina Faso contre les discriminations. Il est par conséquent de bon ton que la loi s'applique dans toute sa rigueur par exemple contre ces patrons peu respectueux du don immuable de la procréation, qui refusent de recruter des femmes parce-que ces dernières tomberont enceintes, et qu'après leur grossesse, elles auront droit à des congés de maternité et à des heures d'allaitement; ou encore contre ces chefs d'entreprise qui se méfient de recruter une femme parcequ'elle risque d'être en retard au travail à cause de l'accompagnement de ses enfants à l'école, ou du fait de leur maladie, l'obligeant à rester auprès d'eux.

 

La scolarité ne doit plus être orientée en fonction du sexe. Les filles doivent être orientées dans des filières porteuses au même titre que les garçons, de sorte à ce qu'elles puissent plus tard avoir des débouchés dans des secteurs rentables.

 

Tout doit être mis en œuvre pour que la pauvreté n'ait plus un visage féminin en rendant effectif l'égalité salariale homme/femme.

 

Le harcèlement moral et sexuel dirrigé sur la femme, est l'autre grand fléau qui mine le monde du travail. Des textes existent pourtant, notamment dans le code du travail contre ce phénomène. Mais le problème persiste.L'effectivité de leur application s'avère nécessaire afin qu'aucune femme ne soit contrainte de subir sans pouvoir rien dire, ou soit contrainte de quitter son emploi parcequ'elle ne supporte plus ce regard "trop prononcé" d'un collègue ou de son patron, ou cette pique désagréable sur sa tenue ou son physique.

 

J'en appelle à une prise de conscience de la femme elle-même. Nous devons oser au delà des préjugés, abandonner ces métiers " soft" dits féminins (enseignement, action sociale...) pour faire carrière dans les secteurs dits masculins ( mécanique industrielle...).

 

Mesdames, parce-que nous sommes des femmes, nous devons doublement lutter pour arriver à nous faire une place au soleil. C'est vrai que des textes existent, des traités ont même été ratifiés pour lutter contre les différentes formes de discriminations, mais à mon humble avis chaque femme doit arriver à faire sienne cet adage qui dit:" aides-toi et le ciel t'aidera".

 

Quand vous allez pour postuler à un poste, vous devez absolument oublier que vous êtes une femme. Vous avez du potentiel et vous devez le faire valoir. La confiance en soi est la base de toute réussite. Si vous croyez en vous vous y arriverai.

Croyez en votre bonne étoile et ne vous laissez pas détourner de votre but à cause de ce que les gens peuvent dire.

 

Lorsque vous êtes déjà dans des relations de travail, votre savoir faire, votre background, votre manière de servir doivent être vos armes de bataille. Rendez vous indispensables. Faites en sorte que vos huit mois de travail compensent vos quatre mois de congés de maternité; que vos huit mois de travail équivalent 12 mois de travail.

 

Apprenez à vous dépasser pour pouvoir relever des défis. Vous n'êtes pas allé au travail pour montrer votre sourire, votre beauté encore moins vos tenues. Vous y êtes allées pour montrer que vous êtes une pièce maîtresse de la boîte, indispensable pour le bon fonctionnement de la structure.

 

Par dessus tout, osez, osez, osez!!!! Il y'a de la place à prendre. N'hésitez pas à occuper des postes de responsabilités que ce soit au niveau syndical ou associatif. Saisissez les opportunités qui se présenteront à vous.

Osez... Vous ne pouvez pas exiger la réussite, vous devez la mériter.

 

 

Prenons ensemble l'engagement à partir de ce 08 mars 2017 de gagner la bataille contre l'auto perception d'infériorité de la part des femmes ainsi que les phénomènes d'auto discrimination, et aller au delà des préjugés.

 

Notre pays à besoin de toutes ses composantes pour impulser véritablement son développement. Que l'on ne se leurre pas, aucun progrès n'est possible en laissant en chemin plus de la moitié de la population. Le marché du travail ne doit en aucun cas laisser personne de côté pour des considérations sexistes.

 

Une chose est sure, les femmes ont de tout temps lutté, lutter pour avoir le droit de vote, lutter pour travailler, lutter pour être libre, en gardant la tête haute. Être femme n'est aucunement une fatalité. Au delà d'une journée consacrée à la femme, celles-ci ont plus besoin d'un geste fort, car un geste fort tout compte fait vaut mieux que mille discours.

 

Je plaide là pour un monde du travail plus juste et équitable, pour la fin de l'exclusion sociale et de toutes les formes de discriminations que subissent toutes ces femmes en quête d'un mieux être.

Si l'on donne leur chance aux femmes, le monde n'en sera que meilleur.

 

 

À très bientôt pour d'autres informations sur le droit du travail.

 

 Synti

 

 



01/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres