toutsurlinspection-du-travail

toutsurlinspection-du-travail

L’Académie sur la transition vers l’économie formelle : Prendre action

L'Accademie sur la transition vers l'économie formelle : Prendre action 

 

Un an après mon premier séjour sur le campus du Centre International de Formation de l’OIT, (CIF-OIT) à Turin en Italie, pour participer au cours intitulé « Techniques de négociation pour le monde du travail », j’y reviens cette fois, pour participer à l’Académie sur la transition vers l’économie formelle-Prendre action, organisée par le programme « Informal Economy » du CIF-OIT.

 

Bientôt 09 heures 30, et le clap de départ de l’Académie sera donné en ce 12 du mois de novembre 2018. Le campus n’a pas du tout changé, mais le climat si. Pas vraiment le temps de contempler le magnifique cadre du campus, en ce temps de grand froid. Quoi qu’il en soit, excitée je l’étais, à l’idée d’assister à l’ouverture de ce grand forum mondial qui allait s’étaler sur deux semaines.

L’Académie sur la transition vers l’économie formelle a regroupé plus d’une centaine de participants, aux profils divers, venant des quatre coins du monde ; Afrique, Asie, Europe, Amérique, tous intervenants à des degrés divers dans la lutte contre le travail informel.

Les deux semaines de travaux de l’Académie se sont déroulées entre sessions en plénière et cours optionnels. Les sessions en plénière ont permis entre autres aux panélistes de définir le cadre conceptuel de l’économie informelle, de partager les données et tendances sur l’informalité dans le monde, de présenter la Recommandation 204, d’aborder la question du travail décent, de l’organisation des travailleurs et des entreprises dans l’économie informelle ainsi que du rôle des coopératives dans la lutte contre le travail informel.

Durant les deux semaines, neuf cours optionnels ont été proposés aux participants. Ce sont :

  • Diagnostic de l’informalité : méthodologies pour évaluer les acteurs et l’ampleur de l’économie informelle.
  • Formaliser les entreprises informelles : mesures et outils.
  • Extension de la protection sociale aux travailleurs de l’économie informelle.
  • Formalisation de la relation de travail.
  • Formaliser le travail domestique.
  • Sortir de l’informalité rurale.
  • Renforcement du rôle des inspecteurs du travail dans l’économie informelle.
  • Politiques de formalisation : comparer les innovations en matière de formulation et mise en œuvre de politiques (études de cas de différentes régions).
  • Développement des compétences dans et pour l’économie informelle

L’Académie sur la transition vers l’économie informelle- Prendre action, s’est déroulée dans un véritable esprit de respect mutuel, de convivialité, de partages d’expériences. Entre jeux de rôles, travaux de groupe, exercices pratiques, les participants ont été mis dans d’excellentes conditions pour aborder tous les contours de la question de l’informalité.

C’est dans une ambiance festive que les activités de la deuxième Académie sur la transition vers l’économie formelle ont pris fin le vendredi 23 novembre 2018. Mais avant les organisateurs ont offert un merveilleux diner la veille à tous les participants, diner qui s’est déroulé entre pas de danses et remises de cadeaux.

 

Pourquoi une Académie sur la transition vers l’économie formelle et sa pertinence pour l’Inspecteur du travail ?

 

82% des burkinabè actifs sont occupés dans un emploi, et 95,5% de ces travailleurs exercent leur activité dans le secteur informel. Ce constat est plus prononcé en milieu rural où la quasi-totalité (99,2%) des actifs occupés est dans l’économie informelle, notamment dans le domaine agricole, contre 80,7% en milieu urbain, majoritairement dans le secteur tertiaire

 

La question de l’économie informelle est au fil du temps devenue une préoccupation mondiale. En effet on compte deux milliards de travailleurs employés dans un emploi informel dans le monde. Plus de 60% de l’emploi mondial est informel.

 Ce secteur qui emploie des milliers de personnes, se caractérise par l’absence de protection sociale et la grande pauvreté des travailleurs, qui sont employés dans de mauvaises, voire pires conditions de travail. De nombreuses entreprises, qu’elles soient petites, moyennes ou grandes, opèrent dans l’économie informelle pour des raisons de nécessité et/ou d’opportunité. L’emploi informel peut être trouvé aussi bien dans le secteur informel, que dans le secteur formel.

 

Au regard de ce constat, la tenue d’une Académie sur la transition vers l’économie formelle s’impose comme une nécessité. L’Académie est une plateforme d’apprentissage offerte aux participants pour examiner les pratiques prometteuses en matière de transition de l’économie informelle à l’économie formelle, ainsi que pour engager un dialogue constructif et un débat sur l’avenir de l’informalité. Durant cette session, les participants ont eu l’opportunité de s’enquérir des idées les plus avancées sur les concepts et les méthodologies pour réduire l’informalité, d’échanger sur les pratiques existantes, et d’adapter les leçons apprises au contexte spécifique de leurs pays. Ainsi, les participants ont été sensibilisés au fait que le processus vers la formalisation doit se faire progressivement et non à travers un harcèlement des acteurs, qu’il faille mettre en place des stratégies intégrées en privilégiant le dialogue social, l’accent doit être prioritairement mis sur la sensibilisation, que des mesures incitatives doivent être offertes aux entreprises en vue de les amener à se formaliser, en sachant combiner le bâton et la carotte.

Les Inspecteurs du Travail du fait de leur rôle prépondérant dans tout processus de formalisation et de promotion du travail décent, se doivent de garantir l’application de la loi dans les secteurs économiques dans lesquels la loi peine à s’appliquer, afin d’œuvrer pour une véritable protection des travailleurs employés dans ces secteurs.

 

Les défis en matière de conformité sont énormes dans l’économie informelle. L’Inspecteur du travail en tant qu’agent chargé du contrôle de l’application effective de la législation sociale sur les lieux de travail, doit être outillé afin d’assurer une protection efficace aux travailleurs du secteur informel. D’où la pertinence de cette formation qui offre des stratégies efficaces afin d’améliorer l’intervention de ces acteurs du monde du travail dans ce secteur.

 

Je recommande vivement cette formation à tous les Inspecteurs du travail. N’hésitez surtout pas à postuler. Offrez-vous l’opportunité de vivre cette merveilleuse aventure humaine et professionnelle.

Je ne saurai terminer cet article sans exprimer ma gratitude au Centre International de Formation de Turin et au bureau pays de l’OIT Abidjan à travers le projet APERP, qui se sont entendus pour financer ma participation à cette Académie. Merci pour tout…

 

Mention très spéciale à la dynamique et brillante équipe d’organisation de cette Académie dirigée avec excellence par Mme Coumba N’Dèye Diop, une dame absolument percutante qui n’a laissé personne indifférent de par sa gentillesse, et sa maitrise parfaite du sujet durant cette session. Chapeau à vous ! L’Académie a été un véritable succès.

 

A très bientôt pour de nouvelles aventures…

 

Syntiche GUEBRE OUEDRAOGO

 



02/04/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Enseignement & Emploi pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres